Qui sommes-nous

Aître est un projet artistique;
Fondé en 2012 par Étienne Taburet, artiste voyageur,
nous, artistes, architectes, paysagistes, historiens d’art, créons
des voyages, des cours et des parcours à la rencontre d’espaces et d’œuvres.
Aître est une entreprise;
Une agence de voyage qui interroge
la création, la valorisation et ce que produisent les  »créatifs ».
Aître est multinationale;
Nous ne travaillons pas sur un lieu précis,
le bureau de l’agence est basée à Rennes,
nous aimons les détours et les contours des formes.

Voyager avec Aître, c’est prendre le temps d’un voyage singulier afin d’être accompagné dans la découverte et dans l’initiation aux enjeux artistiques, architecturaux et urbains non seulement sur site mais aussi sur votre parcours. Il ne s’agit pas uniquement de vous guider mais d’éveiller un regard critique à partir de vos sensibilités.

 

Krijn de Koning - Omvang, Omgang, Tour et détour, deux pièces pour l'Abbaye de CorbignyL’ensemble de nos propositions sont accessibles à tous. Aucune connaissance préalable n’est nécessaire si ce n’est la curiosité et le plaisir de vivre une expérience artistique dans un contexte exceptionnel.
L’accompagnement de nos voyages, en plus des visites guidées, est complété par un carnet de voyage constitué d’apports graphiques, critiques, historiques et culturels, permettant d’enrichir l’expérience des œuvres…

 

Ce projet est coordonné par Étienne Taburet, artiste voyageur. Il collabore régulièrement avec des artistes (éditions, rédaction de textes critiques, collaboration avec des galeries privées…). Il conçoit et organise des déambulations, des cours et des expositions .

 

Nos projets et voyages sont (aussi) accompagnés et guidés par :

Solenne Auger, historienne de l’art, guide conférencière, enseignante spécialisée en art contemporain, commissaire d’exposition ; elle a collaboré plusieurs années avec la galerie Claudine Papillon et s’interroge sur le fantastique et la monstruosité en art.

 

Conférencière au Musée des Beaux-arts de Nantes, chargée des publics et de la communication au Frac des Pays de la Loire, Eva Prouteau est aujourd’hui professeur d’histoire de l’art et critique d’art indépendante.

 

Aurelie Gravelat Aurélie Gravelat a un double cursus en architecture intérieure (école Boulle, Paris) et en arts plastiques. Enseignante à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles, elle poursuit son travail plastique questionnant le dessin et son espace.

 

Titulaire d’un DEA en Histoire de l’art et d’un Master d’Ingénierie Culturelle. Basée sur Nice, Ève Epivent poursuit son travail dans le développement de la médiation artistique, qui est pour elle, l’un des principaux moteurs agissant à la découverte de l’art et son environnement: rencontres dans leur atelier avec les artistes, médiations d’expositions, voyages culturels, visites d’ateliers, dîners VIP autour d’une exposition dans un lieu privilégié…

 

DSCF6012Architecte, urbaniste et paysagiste franco-mexicain, Geovanni Olivares est passionné par les balades urbaines et les voyages de proximité. Il collabore actuellement avec l’agence de programmation urbaine Aetc et conseille les collectivités sur les projets du territoire.

 

Estel Rubeillon – Depuis sa formation d’architecte, son expérience s’est forgée autour des approches transversales de la cité et de l’accompagnement des acteurs dans la fabrique du projet urbain.
Passionnée par les approches croisées de l’espace urbain et convaincue que la pluridisciplinarité est favorable à de nouvelles tendances urbaines, elle développe une expertise urbaine impliquant les usagers, favorise une lecture sensible et interprétative des lieux contribuant ainsi à la valorisation des territoires.

 

Ensemble, nous souhaitons éveiller un regard critique singulier à partir de toutes les sensibilités.

 

Le mot Aître est polysémique, il fait intervenir deux notions :

  • le lieu : les différents sens du mot renvoient tous à un espace architectural.
  • le verbe être, par sa phonétique.

Employé notamment par Henry Maldiney, le terme Aître à la fois intrigue et donne envie de passer le « seuil » afin de découvrir des espaces et des œuvres qui nous permettront d’ouvrir notre regard en le cultivant. L’ambition étant de vivre face à l’œuvre à présent de façon inédite.

Le mot Aître vient de « ater », le foyer, et/ou du latin « atrium » qui désignait la pièce d’entrée de la maison. Par extension, il est devenu la cour ou le porche de certaines églises.
Il convoque aussi la disposition des diverses parties d’une habitation. On le rencontre quelquefois orthographié « êtres », plus conforme à une étymologie du mot, provenant du pluriel neutre extera, du latin exter, « situé à l’extérieur ».

Plus jamais je ne passe quelque part sans aiguiser ma tentative de compréhension du monde, en la confrontant à ses objets urbains et contemporains sur lesquels je peux, dorénavant, faire porter ma curiosité…

Hervé